Un livre libérateur ; Christel Petitcollin – Échapper aux manipulateurs, les solutions existent !

10940637_10205720310472217_4189019440202915183_n Lorsque l’on a déjà rencontré un(e) pervers(e) narcissique supposé(e), ou un(e) manipulateur(trice), et que celui/celle-ci nous a pris pour cible … je pense qu’il est bénéfique de lire un ou plusieurs livre(s) sur le sujet, rien que pour comprendre ce qu’il nous est arrivé.

Ce livre-là, je me devais de le présenter dans un article, car je l’ai beaucoup apprécié.

Christel Petitcollin – Échapper aux manipulateurs, les solutions existent !

Rien que l’image de la couverture du livre respire l’air pur et l’optimisme. Quand on ne sait plus trop comment réagir face à la manipulation, qu’on se sent démuni et sidéré, on a envie de regarder par cette fenêtre ouverte sur le ciel et les nuages.

Petite précision : tout au long du livre, l’auteure emploie en grande partie le terme « manipulateur », et c’est un choix volontaire de sa part. Elle justifie ce choix dans l’introduction, dont voici un extrait :

Pendant la rédaction de ce livre, j’ai rencontré plusieurs difficultés. Tout d’abord, j’ai été confrontée à quelques complications lexicales majeures : comment ne pas répéter en boucle « manipulateur », « manipulateur », « manipulateur » ? Comment respecter la parité ? Quelle appellation donner à ces harceleurs dont j’allais parler en permanence ?

Le terme de « pervers narcissique » me pose plusieurs problèmes : premièrement, il a été galvaudé ces derniers temps et on l’utilise maintenant à tort et à travers, pour tout type de situations, au point qu’il en a perdu son sens premier.

Deuxièmement, je trouve que c’est faire beaucoup d’honneur à ces gens immatures de les affubler de ce titre, alors qu’ils sont bien plus proches du morveux sournois que du calculateur machiavélique.

Troisièmement, tout ce qui les diabolise sert la cause des manipulateurs puisque la peur qu’ils inspirent est leur principal ressort. C’est également pour cette raison que je limiterai l’usage du terme « prédateur », également trop flatteur et trop inquiétant.

J’ai pensé un instant leur donner un surnom : « Manipulator » par exemple. Mais, même si je vais vous inviter tout au long du livre à ne plus les prendre au sérieux, il ne faut pas non plus prendre le problème à la légère et minimiser la détresse de ceux qui vivent sous leur emprise.

Ainsi, dans cet ouvrage, il est bien question de ceux que l’on appelle « pervers narcissique », hommes ou femmes d’ailleurs, sauf que Christel Petitcollin a préféré employer le terme « manipulateur ». L’introduction de ce livre éloigne toute confusion lexicale, et donne aussi la problématique centrale du livre. Les choses sont claires dès le début, cette auteure aime que les choses soient bien faites, bien organisées et bien cadrées, comme moi en fait … c’est sûrement pour cela que j’ai adoré ce livre, je me suis un peu reconnue dans la façon d’écrire de Christel Petitcollin.

Échapper aux manipulateurs, les solutions existent ! a le mérite de n’exclure personne (contrairement à d’autres livres dans ce domaine) ; peu importe votre situation vis-à-vis du supposé PN, vous pouvez lire ce livre sans avoir à sauter de chapitres, en particulier si ce vampire vous a pris pour cible, bouc-émissaire ou souffre-douleur désigné. Que PN soit :

– votre petit(e) ami(e), conjoint(e), concubin(e), époux(se) … actuel(le).

– votre ex petit(e) ami(e), conjoint(e), concubin(e), époux(se) …

– un membre de votre famille : père, mère, grand-père, grand-mère, fils, fille, frère, sœur, cousin, cousine, oncle, tante, neveu, nièce …

– un(e) ami(e).

– un(e) collègue de travail.

– si vous êtes un(e) proche d’une victime de PN.

Ainsi, dans ce livre, il n’y a pas de chapitres entiers consacrés au divorce, à la garde des enfants, au domaine juridique … etc. La problématique est abordée dans son ensemble, et n’exclut donc personne.

En tout cas, cet ouvrage est à la portée de tous, surtout qu’il est rédigé dans un langage clair et facilement accessible. Pas de termes compliqués empruntés à la psychanalyse, c’est pourquoi il peut toucher un large public. Même ceux qui n’ont pas encore été victime de ce genre de vampires peuvent le lire en prévention.

Ce que j’ai surtout apprécié dans ce livre, c’est le point de vue dédramatisant de Christel Petitcollin, qui nous invite à changer notre regard sur la personne qui nous empoisonne ou nous a empoisonné le quotidien. Elle montre que finalement, ils sont plutôt insignifiants qu’effrayants (et elle a raison), une fois qu’on a décortiqué tous leurs stratagèmes et techniques de manipulation. On les découvre sous un nouveau jour, et soudainement, ils suscitent plus la pitié et le mépris, que l’admiration et l’envie.

L’auteure aussi, tout comme moi, braque la lumière sur les vampires, et cela les effraie. Ils ont peur d’être découverts au grand jour, et c’est bien là leur faille 😉

Dans le chapitre « Démystifions le mystificateur » (titre prometteur), elle nous conseille même une visualisation, accompagnée d’un dessin pour l’illustrer, qui est franchement comique et pathétique (assez proche de la réalité) :

S’il y a actuellement dans votre entourage un manipulateur ou une manipulatrice qui vous empoisonne la vie, je vous invite à le visualiser de la façon suivante :

Soit comme un tout petit garçon (méchant et boudeur) fagoté d’un costume cravate trop grand pour lui, dont les manches pendent et les bas de pantalon plissent sur des chaussures trop grandes, soit le même manipulateur avec son apparence d’adulte, mais vêtu d’un costume de marin à culotte courte, avec un cerceau dans une main et une sucette dans l’autre. Pour les manipulatrices, on effectue le même genre de visualisation : la femme adulte qu’elle est aujourd’hui en jupe plissée et socquettes blanches, avec des couettes, une corde à sauter et une glace dans les mains, ou une petite fille renfrognée, déguisée en femme, avec des chaussures à talons trop grandes, un collier qui lui pend jusqu’aux genoux et du rouge à lèvres mal appliqué autour de sa bouche maussade. Le premier éclat de rire que peut provoquer cette visualisation est salutaire : vous avez déjà une idée plus juste de la personne à qui vous avez affaire et de son âge mental.

En effet, cette visualisation-là a le mérite de chasser tout restant de peur, de crainte ou d’angoisse qu’il pouvait rester en nous rien qu’à l’idée de revoir cette personne … cela a très bien fonctionné pour moi. Arriver à dédramatiser et à en rire est une première étape dans la thérapie. Il y a bien sûr un temps pour le rire et un temps pour être sérieux, évidemment, mais ce qui est certain, c’est que le rire est le début de la libération (en plus, il paraît que c’est bon pour la santé).

Ce qui est bien dans ce livre, c’est qu’elle décrit autant le vampire, que sa victime. Parce que c’est essentiel de connaître le profil et les caractéristiques du manipulateur (ou pervers narcissique), mais il faut aussi commencer à se recentrer sur soi-même, et regarder dans quelles failles s’est engouffré le vampire qui nous a pris pour cible. Dans ce livre, Christel Petitcollin décrit très bien aussi les mécanismes et enjeux de la relation d’emprise, ainsi que les failles qui peuvent amener une personne à tomber dans le piège de la manipulation. Et contrairement à l’idée primaire qui est très répandue, ce n’est pas uniquement de la faiblesse et de la naïveté, il y a bien d’autres causes plus profondes.

Il est vrai que lorsqu’on est carrément tourmenté, dans l’incompréhension et dans l’obscurité de ce qui vient de nous arriver avec cette relation … ce livre répond à presque toutes les questions que l’on peut se poser. En plus, il donne même des conseils précis pour affronter le vampire si on est amené à le revoir, et aussi des clés pour se sortir de cette prison qu’est l’emprise.

Pour ma part, ce livre m’a permis de poser des mots sur mon vécu, et d’expliquer pratiquement tout ce que je ne comprenais pas … Il a été comme un ami, qui m’a tendu la main et m’a dit « Viens, je vais tout t’expliquer, tu vas comprendre ». Je n’avais presque aucun recul sur la situation, et lorsque j’ai achevé la lecture de ce livre, j’ai réalisé que je me sentais tellement plus légère. Je m’étais même dit que c’était incroyable qu’un livre décrive exactement tout ce que j’avais vécu dans cette relation. Comme si Christel Petitcollin avait étudié de près le spécimen que j’ai côtoyé … alors que non. C’est juste que cet ouvrage nous montre qu’on n’est pas seul dans ce cas, et que beaucoup d’autres personnes traversent le même ouragan que nous.

En résumé, voilà les points principaux abordés par ce livre (ceci est un condensé restreint de la table des matières, il s’agit uniquement des parties et des chapitres) :

  • Première partie : le climat d’emprise ; définition de la manipulation mentale, l’emprise psychologique, la mise sous emprise, le harcèlement moral
  • Deuxième partie : dissiper le brouillard ; démystifions le mystificateur, mais pourquoi ?, qui est victime de l’emprise ?
  • Troisième partie : la sortie d’emprise ; une période de grande fragilité, la thérapie de l’emprise, sortir du doute, de la peur et de la culpabilité, pour que cela n’arrive plus jamais

Voilà en tout cas le livre que je conseillerais en premier sur ce sujet, sans hésitation, à se procurer les yeux fermés. Je le trouve très dynamique, facile à lire, libérateur, et en même temps on apprend beaucoup de cette lecture. Je le qualifierais même de « bible anti-PN », ou encore de « guide de survie » ; c’est un ouvrage à garder toujours à portée de main.

Pour aller plus loin, du même auteur, autour de ce thème :

Victime, bourreau ou sauveur, comment sortir du piège ?

Divorcer d’un manipulateur, un emploi à plein-temps

Enfants de manipulateur, comment les protéger ?

Je n’ai pas lu ces trois livres, mais je n’en ai entendu que du bien, et je veux bien le croire vu le talent pour l’écriture, la clairvoyance et l’empathie de Christel Petitcollin (sans la connaître, on le ressent dans ses livres).

Publicités

5 réflexions sur “Un livre libérateur ; Christel Petitcollin – Échapper aux manipulateurs, les solutions existent !

  1. Pingback: Les quatre phases de la relation d’emprise, ou le scénario du mélodrame pervers | La lumière effraie les vampires

  2. Pingback: Trois clés pour s’épanouir, se respecter et éviter les relations toxiques | La lumière effraie les vampires

  3. Pingback: Le pervers narcissique, un enfant coincé dans un corps d’adulte | La lumière effraie les vampires

  4. Pingback: Le pervers narcissique, un enfant coincé dans un corps d’adulte | La lumière effraie les vampires | Relationtoxiqueinfo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s